Mon panier

Une recette pour le compost : ustensiles et ingrédients

Par Ludovic Martin, auteur de "Je réussis mon compost et mon lombricompost"

Comment faire son compost ?

Par Ludovic Martin 
Contrairement aux idées reçues, le compostage est une technique moderne. Rien à voir avec le tas de déchets qui trônait autrefois au fond des jardins. Pas de mouches ni d'odeurs, vous gagnez du temps, de l'argent, vous vous fatiguez moins et vous obtenez de meilleures récoltes. Pas mal non ? 

Une forêt ne produit pas de déchets. Elle recycle naturellement ses végétaux morts pour alimenter le vivant. Elle nourrit une multitude de micro-organismes, d'insectes et de champignons qui vont transformer la matière organique et la rendre assimilable. Dans un composteur, c'est ce cycle de la matière que vous optimisez et les apports en compost de qualité sont un vrai trésor pour vos jardins.   


Grâce au compost :

- La terre est plus légère, mieux aérée.
- Elle retient l'eau en période de sécheresse et se ressuie plus facilement après les grandes pluies.
- Elle se réchauffe plus vite au printemps.
- La plante reçoit les apports dont elle a besoin, quand elle en a besoin. La croissance est harmonieuse et les plantes développent leurs mécanismes de défense naturels.
- Les légumes ont du goût.
- Vous arrosez moins.
- Vous ne bêchez pratiquement plus et vous avez de plus jolies récoltes !   


Comment débuter son compost ?

La première des choses à faire est de trouver le bon emplacement pour votre composteur. Il doit être facilement accessible et proche de la maison. Choisissez un modèle n'excédant pas 500 litres ce qui vous permettra déjà de traiter jusqu'à 6 m3 de matières organiques par an. Si vous avez de plus gros besoins, il vaut mieux avoir 2 composteurs qu'un très gros.   


Quoi composter ?

Pour simplifier, nous parlerons de "vert" et de "brun". Le vert, c'est tout ce qui se décompose rapidement : tontes, déchets ménagers..., en gros, tout ce qui est vert (y compris les pelures d'oranges, coquilles d'œuf, etc). Le brun, ce sont les brindilles, les feuilles mortes ou la paille. Le brun se décompose lentement et a besoin d'eau. Il a l'avantage de structurer votre compost et de laisser entrer de l'oxygène. Le vert se décompose très vite et a besoin d'air. Il a l'avantage de démarrer la fermentation et d'apporter de l'eau. On comprend bien qu'un apport équilibré entre brun et vert permet une fermentation efficace nourrissant une vie intense ; bactéries d'abord puis champignons et macro-organismes ensuite. 

Les outils

Un croc (sorte de fourche aux dents courbées) pour retourner, une poubelle ou une vieille lessiveuse pour humidifier le "brun", une fourche à 4 dents et bien sûr un composteur : c'est tout ce dont vous avez besoin.   


Comment lancer le processus ?

Vous avez gardé des feuilles, du foin ou des résidus de taille fine, laissez-les tremper dans l'eau et disposez le brun sur 10 cm d'épaisseur au fond de votre composteur. Couvrez d'une couche de vert, également sur 10 cm et continuez ainsi de suite en alternant les couches. Terminez par une couche de brun et couvrez d'un carton ou d'un chiffon humide pour vous prémunir des mouches et éviter l'évaporation.  


Gérer l'humidité

Si en surface les matières sont très sèches, arrosez un peu en pluie fine.
Votre compost vous semble mouillé et tassé ? Ouvrez le couvercle et aérez quelques jours. Pour savoir si le taux d'humidité est convenable "à cœur", plongez la main dans le compost, prélevez une poignée et serrez fort.
De l'eau coule immédiatement : c'est trop humide.
C'est sec et la matière se défait quand vous ouvrez la main : c'est trop sec.
Quelques gouttes perlent quand vous pressez : c'est parfait, ne changez rien.  


Retourner et mélanger

Pour obtenir rapidement un compost de qualité, il faut le retourner. Pour vous simplifier la vie, placez une planche devant le composteur, ouvrez la façade et tirez les couches du dessus avec un croc. Refermez le composteur et remplissez. Votre compost mélangé et aéré va monter en température. L'activité bactérienne bat son plein, votre compost mûrit rapidement. Pour une production rapide (5 / 6 mois), il serait bon de retourner toutes les 6 semaines mais, si vous remplissez votre composteur tranquillement et qu'il vous faut 3 ou 4 mois pour qu'il soit plein, vous pouvez attendre 3 mois entre chaque retournement.  


Comment utiliser votre compost ?

Vos déchets décomposés sont noirs et méconnaissables, la vie grouillante d'insectes et de vers commencent à quitter le tas : le compost est mûr, vous pouvez l'utiliser. Couvrez votre sol d'une couche de 3 cm d'épaisseur sans enfouir votre compost. Et si votre production n'est pas suffisante pour amender tout le jardin, commencez par les artichauts, les tomates, les aubergines, les courges ou les poireaux ; ils en raffolent !   


Ludovic Martin œuvre pour la valorisation de la matière organique depuis plusieurs années. Avec l'association AuRasduSol (anciennement EnRgéthic), il élève des vers (ferme lombricole) et dispense régulièrement des formations sur le compostage et le jardinage au naturel. Avec le bureau d'études SaluTerre, il met en place des projets de compostage partagé en écoles, maisons de retraite ou même dans les campings.
Il signe surtout avec Pascal Martin et Éric Prédine « Je réussis mon compost et mon lombricompost ». Un très bel ouvrage qui démontre à quel point il est facile d'être malin et d'obtenir un beau jardin en réduisant ses déchets.
Merci à lui pour ses précieux conseils.
Avis lecteurs
1 avis

Note globale

5 / 5

Trier par
  • Date
  • Popularité
  • Note
très bon article
par yann|26/01/2017
« A lire et mettre en pratique. Votre jardin et vos légumes vous remercierons ! Merci pour ces belles informations. »
Avez-vous trouvé cet avis utile ?
(3)
(0)
Aucun résultat