Mon panier

Les plaisirs estivaux de la cuisson à la broche

La cuisine prend ses quartiers d'été. Sortez tables, chaises, barbecue et tournebroche pour des grillades au goût incomparable, qu'aucun autre mode cuisson peut leur conférer.

Avec les beaux jours, les barbecues et planchas sont de sortie pour officier le temps d'une belle saison. Ces deux incontournables ne sont pas les seuls à procurer le plaisir de partager et de déguster des grillades. Savez-vous que le tournebroche s'utilise aisément en extérieur ?  


Ce sont toujours des moments conviviaux qui se succèdent tout l'été autour de bonnes grillades. Pour cuisiner en plein air, dans son jardin, le tournebroche, possède bien des atouts.
Léger, puisque sur la balance le plus "costaud" des modèles pèse 12 kg et au point de vue taille ; le plus grand n'excédant pas les 47 cm ! Il peut donc se manipuler, être transporté et installé facilement et indifféremment à l'intérieur comme à l'extérieur à condition que ce soit sur une surface plane pour être parfaitement stable. En été, il peut être posé sur un barbecue à chariot, un barbecue fixe, voire à même le sol en préparant un foyer.  


Le tournebroche est un vrai "tout-terrain" sous ses airs rustiques.

Pour plus de praticité, privilégiez un foyer vertical. Il est facile à alimenter en petites bûches et diffuse la chaleur au niveau de la pièce en train de rôtir.
Puissants malgré leur petite taille et leur faible poids, les tournebroches peuvent pourtant, selon les modèles, entraîner de 8 à 30 kg sur une ou deux broches, offrant ainsi une belle capacité de cuisson. De quoi convier et régaler de nombreux convives !  


Deux types de tournebroches existent :

le tournebroche électrique nécessitant la proximité d'une prise électrique pour que son moteur puisse entraîner la broche et garantir la régularité de rotation de celle-ci. Il a, depuis plusieurs années déjà, supplanté le tournebroche mécanique, demandant, telle une Comtoise, d'être remonté manuellement régulièrement, ce qui peut paraître contraignant. 

Au tournebroche, vous pouvez cuire à-peu-près tout : viandes, volailles, venaisons et poissons en choisissant la broche adéquate, celle qui est parfaitement adaptée à la taille et la forme de l'aliment. Les plus pratiques et les plus polyvalentes sont la broche parapluie et la broche anglaise. Elles enserrent les pièces à cuire sans les transpercer, facilitant leur mise en œuvre et permettant ainsi aux viandes de conserver leur jus et toute leur tendreté.
Pour les poissons, côtelettes, saucisses, la broche gril est idéale offrant une grillade verticale homogène. Pour ne pas entraver le bon fonctionnement du tournebroche, il est primordial de bien centrer les viandes. La broche doit être parfaitement équilibrée pour une rotation régulière et éviter tout ballant.  


Et les légumes ?

Ils peuvent confire doucement dans la lèchefrite, placée sous la broche, en s'imprégnant de tous les arômes du jus de cuisson. 

S'il est un conseil à suivre pour réussir parfaitement une cuisson au tournebroche, c'est de le positionner devant la braise et non au-dessus. C'est la chaleur et non la flamme qui cuit la pièce ainsi elle ne sera jamais en contact direct avec les flammes ou les braises et aucun risque que la graisse ne s'enflamme et brûle le rôti sur la broche.
La chaleur, par rayonnement, pénètre doucement au cœur de l'aliment qui au fur et mesure des tours effectués s'enrobe de ses sucs pour se caraméliser, lui conférant ce goût unique que seul ce mode de cuisson peut apporter. La cuisson au tournebroche, c'est une cuisson qui éveille tous nos sens. L'odeur est alléchante. Visuellement, les couleurs du feu, la colorisation de la viande et la rotation hypnotique de la broche captivent l'œil et l'attention. Sans oublier le doux son du crépitement du bois et le cliquetis du tournebroche.  


Et le clou du spectacle : le flambadou !

Cet ustensile ancestral, tombé en désuétude, est de nouveau sur le devant de la scène culinaire.
Amateur de cuisson au feu de bois, de barbecue, c'est l'accessoire indispensable pour sublimer toutes vos grillades.
Le flambadou nommé aussi capucin, cocuron se compose d'un long manche et d'un cône fendu à son extrémité. Ce même cône, enfoui dans les braises, doit être chauffé « à blanc » avant d'y placer un morceau ou des lanières de lard blanc fraîchement découenné. Alors le spectacle commence !
Le lard s'enflamme instantanément et coule sous une multitude d'étincelles, ça crépite et ça sent divinement bon.
Il suffit alors d'arroser toute la surface de la pièce de viande qui cuit de ce lard fondu crépitant, immédiatement celle-ci va se caraméliser, le jus emprisonné sous une jolie croûte va conserver toute la tendreté de la viande. Il confère un goût unique et inimitable aux aliments sur la broche ou sur la braise.
Pour varier les plaisirs gustatifs, le lard peut être mariné plusieurs heures dans un alcool : whisky, armagnac... ou fumé, voire enrobé d'herbes aromatiques, d'épices... 

Régalez-vous !    




>>>>Tout savoir sur le tournebroche
Je donne mon avis

Pour donner votre avis, veuillez choisir une note entre 1 et 5 en cliquant sur les étoiles.

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.
Veuillez cocher le Captcha pour valider
Si vous souhaitez poser une question ou si vous avez une réclamation, utilisez le formulaire prévu.